Ma peur de la violence

Nous sommes tous interpellés, touchés par la façon présente dont notre république est chahutée ; les uns furieux d’être empêchés de circuler et de vaquer librement à leurs occupations, les autres engagés ou solidaires à différents niveaux de cette mobilisation générale dont personne ne connaît l’issue. On peut être enthousiastes ou effrayés, emportés par l’hystérisation générale ou figés par la crainte ; on peut prétendre l’avoir prévu ou s’avouer sidéré par l’inattendu. De toute façon, l’évènement, ou les événements, comme on le dit pour 68 s’imposent à nous, captent l’attention, et sont l’objet de presque tous les discours.

Et chacun fait écho à l’une des trois questions essentielles posées par les Gilets jaunes : justice sociale, question démocratique, transition écologique. Et chacun de s’en saisir selon sa sensibilité, sa situation personnelle, son niveau de conscience politique. Je voulais, moi, aujourd’hui et ici, évoquer la question de la violence et essayer de la comprendre.

Tout d’abord, il n’est pas question de l’excuser, ou d’en rejeter la responsabilité à qui que ce soit. La personne violente est responsable de sa violence, que cette personne soit une personne physique, ou une organisation, une institution. Et si la violence de l’un provoque celle de l’autre, chacun est responsable d’avoir provoqué ou d’avoir répondu ainsi à la provocation. Et essayer de dénouer les fils, de comprendre les processus, ne conduit ni à les accepter ni à les justifier.

Deux choses m’ont surpris : l’irruption de la violence dans le paysage automnal et sa force. Et je voudrais mettre de côté la problématique des groupuscules irrécupérables qui « cassent pour casser », pour m’intéresser à ce que j’appellerais « la violence ordinaire », celle d’un certain nombre de Gilets jaunes dans des circonstances particulières.

Si l’éruption de cette violence sidère, comme un volcan qu’on croyait éteint, c’est qu’elle révèle une réalité masquée par un discours mensonger, un discours politiquement correct, mais mensonger. Nous serions un peuple heureux et chanceux de vivre dans le meilleur des mondes possibles ; et je pense ici moins à Huxley qu’à Fukuyama. Nous vivrions sur un continent prospère, en paix, jouissant pleinement du confort de la société de consommation, de la paix garantie par l’E.U., et un peu par l’Otan, protégés par un État-providence attentif au respect des droits de l’homme – Respect, respect… Quel est d’ailleurs la parole officielle qui ne bave pas le respect à longueur de discours ? Nous serions, si cette métaphore m’est permise, comme des moutons dans le pré, ou plutôt comme ces chats qui dorment au coin du feu ; des chats gras et castrés – retour au meilleur des mondes, mais bien à celui d’Huxley. Et nos dirigeants, dévoués et intègres, seraient choisis parmi l’élite, et seraient donc ce qui se fait de mieux, intellectuellement et moralement, la figure d’Emmanuel Macron en son palais élyséen, jeune, beau, riche, énarque, ancien banquier, modèle absolu et absolument désirable : Jupiter sortant de la cuisse de Jupiter, surhomme au-dessus des hommes, monarque par la grâce de la république. Qu’on se souvienne de son sacre, le 7 mai de l’an passé : le Louvre, la pyramide, « l’Ode à la joie ».

Les Gilets jaunes nous ramènent sur terre, à une réalité d’une autre nature, et c’est peut-être la première vertu de ce mouvement : les masques tombés, les visages grimassent ; arrachés les tentures brodées de pourpre et d’or, les murs se montrent lézardés et suintant une humidité malodorante ; les barrières aux couleurs gaies arrachées, ce sont des masures et des tas d’ordures qu’on aperçoit. Dès que le corps de la république est nu, on est choqué de découvrir sous les habits de cérémonie, un corps qui ne sent pas bon.

La France est en guerre et l’Europe n’est pas si sûre. L’État est liberticide, inquisiteur, et ne nous protège pas. Nos élites sont, pour certaines corrompues ou prévaricatrices, pas toutes évidemment, pour d’autres, d’une extrême incompétence, et l’Ena n’est pas idéologiquement neutre. Les gens ne font plus confiance au Système ; malheureusement, et ils ont raison. La France est de plus en plus ouverte à un monde chaotique, violent ; et les élites nous expliquent avec condescendance que cette ouverture est notre avenir. Les Français sont non seulement inquiets, pour certains malheureux, stressés, mais surtout désespérés, et quotidiennement humiliés par le pouvoir. Oui, car ce respect que j’évoquais dans les bouches officielles n’est que la façon politiquement correcte, convenue, de cacher son mépris. Et le désespoir, à la hauteur de tous ces mensonges, s’exprime violemment, dans une apostasie républicaine de plus en plus radicale. Ils ont perdu la foi en la république, et le font payer au Président qui paye pour un demi-siècle de dérives autocratiques et de mépris des gens. Il paye pour les autres et s’en est presque immoral, injuste, indécent ; des insultes et des menaces ont été proférées, j’en ai honte.

 

Pour illustrer ce mépris, et ces mensonges, faisons retour au préambule de notre constitution (en fait ce sont les articles 1 et 2 que je cite pour partie) et à deux déclarations de principe : La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ; sa devise est « Liberté, égalité, fraternité ». Et regardons les choses en face, dans leur triste nudité, et précisément les évolutions depuis un demi-siècle. La France n’est pas vraiment laïque, et le Président Macron avait pour projet de corriger la loi de 1905 pour abaisser cette laïcité. Mais ce n’est pas le débat d’aujourd’hui. Elle n’est pas démocratique, et les Gilets jaunes se plaignent de ce que le pouvoir est loin d’eux, et décide sans le peuple, et contre le peuple. Et rappelons que le Président avait pour projet de réformer la constitution, comme Erdogan le fit chez lui, et pour lui. Elle n’est pas sociale, et ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les chiffres qui mesurent régulièrement l’accroissement de l’écart de revenus entre les riches et les pauvres ; et on sait quelle est la politique du Président et pour qui il travaille. Notre société est de moins en moins libre, l’administration rabotant chaque jour les libertés individuelles à coup de normes, de règlements, d’interdits, punissant les Français comme des gamins. Elle est, très objectivement, de moins en moins égalitaire. Quant à la fraternité ! la société est de plus en plus communautarisée et ghettoïsée, et si une partie significative de la population devient xénophobe, c’est parce que nos élus n’ont jamais voulu ou su gérer les flux migratoires, ont accepté que les immigrés refusent de s’assimiler, et ont bradé notre identité. On se souvient même des efforts faits par certains hommes politiques pour permettre à des enfants d’immigrés de conserver leur culture propre.

 

Mais cette violence, dont les causes sont réelles, est aussi due à la violence de nos sociétés, des médias, dont la mise en scène de l’émotion, et principalement, justement, de la violence, réelle ou fictionnée, fait partie du modèle économique. Et le marché, de plus en plus malhonnête, est, lui-même, extrêmement violent. Et la violence de l’État, faut-il y revenir ?

 

Je suis inquiet pour notre avenir, car je ne vois pas de vraie sortie de crise, et aucun leader, assez intègre, assez charismatique, assez désintéressé, assez généreux, pour redonner confiance aux Français, quitte à leur promettre du sang et des larmes. Mais j’espère pouvoir, en relisant cette chronique dans quelques mois, me moquer de ces mots, de ce pessimiste d’aujourd’hui. Je l’espère vraiment.

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.