Pas besoin de conseils…

La seule aide que l’on puisse offrir à quelqu’un consiste à donner des espaces de liberté. J’entends, évidemment, ce terme de liberté au sens générique du terme, c’est-à-dire en opposition à celui d’aliénation. L’aide est donc un don qui libère celui qui reçoit, ou n’est rien, sans valeur. Et considéré ainsi, un conseil n’est pas une aide, car ce n’est pas un don : ça ne coute rien à celui qui le donne, et ça peut rapporter de gros ennuis à celui qui l’écoute. Et puis, c’est toujours une façon d’assujettir l’autre à son jugement, toujours moral, donc à l’aliéner. Oui ! je l’ai déjà dit…

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.