Qu’il s’en aille !

Je n’aime pas notre Président, mais cette antipathie n’est ni une détestation ni une haine, et elle ne tient ni à nos grandes différences ni à l’opposition si radicale de nos positions. Non ! ce qui m’agace tant, c’est qu’il soit la parfaite caricature incarnée de l’élite méprisant le peuple, en ce qu’il ne peut discourir sans avoir recours de manière appuyée et permanente à la démagogie. Il se moque de nous, toujours ; et ça ne peut que m’agacer. Car la démagogie, c’est une escroquerie intellectuelle, un mensonge savant, un truc moche et bien packagé. Emmanuel Macron est un menteur, et dès lors, l’écouter met mal à l’aise.

C’est un représentant de cette élite qui ne souhaite pas discuter avec les gens, frayer avec le commun, coudoyer le vulgaire ; qui préfère faire sans eux et construire le monde qui lui convient, sans prendre en compte les aspirations populaires. Il ne veut donc pas débattre, ni sur la vitesse sur les routes secondaires, ni plus sérieusement sur l’ISF, ni sur rien d’ailleurs. Pourtant, le débat c’est bien l’essence de la démocratie, donc refuser le débat, c’est piétiner la démocratie et mépriser ce qui m’est le plus cher.

Pourquoi les gilets jaunes ont-ils été tant soutenus par la population ? Parce qu’ils souhaitent débattre, parler, être entendus. Leur message, confus, contradictoire, tient quand même dans cette formule : « Nous avons des difficultés, il faut qu’on en parle ! ». Mais le président ne souhaite pas en parler. Il considère qu’ayant été élu et soutenu par 20 % des électeurs, c’est à lui et à l’administration, ici à Paris ou là-bas à Bruxelles, de décider dans quel monde nous devons vivre, et comment nous devons vivre. Mais nous n’avons que faire d’un Président qui méprise la démocratie, méprise les valeurs françaises, méprise les aspirations à la liberté des gens. Et quitte à passer pour un populiste, je dis que j’attends d’un Président qu’il se range du côté des gens, quitte à s’opposer à la bureaucratie étatique ou communautaire.

Et c’est pourquoi je ne crois pas un seul instant à ce grand débat, et me voir refuser par un site qui ne le permet pas de déposer une contribution – le site ne propose que de répondre à un sondage aux questions tendancieuses – m’a malheureusement confirmé dans mes craintes. Car débattre, il ne le veut pas, même s’il est toujours prêt à ces joutes oratoires où il fait preuve d’un talent remarquable et d’un art consommé de la démagogie, quitte, comme on nomme des vessies lanternes, à rebaptiser pédagogie de la pure démagogie. Nous avons besoin d’un Président attentif par d’un professionnel de la com, de la publicité, de la réclame, un pro qui enfume, rabaisse tout débat et trahit la politique.

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.