Droit et sources des droits

Les Français qui défilent chaque samedi, qu’ils soient antivax ou bien vaccinés refusant le pass sanitaire, le font aux cris de « liberté, résistance ». La question de la liberté, bien qu’elle soit centrale, n’est pourtant pas présente dans les débats autorisés, je veux dire orchestrés par la médiacratie. Mais c’est sur la question corollaire des droits que je voulais porter un regard particulier, quitte à revenir plus tard sur ce qui se joue vraiment avec le pass sanitaire.

Notre déclaration de 1789 consacre les droits de l’homme naturels et imprescriptibles. C’est une approche, non seulement intéressante, mais qui me convient bien. Je défends cette idée qu’il y aurait grand danger à jouer les apprentis sorciers et à vouloir nier ou dépasser les lois de la nature. Et ce pourrait déjà constituer un clivage politique essentiel, notamment entre deux formes d’écologie, entre les progressistes qui veulent à tout crin se confronter à la nature, la dompter, la subjuguer – de toute façon, l’exploiter et la surexploiter – et ceux qui acceptent son autorité et sont prêts à la respecter. Sur ce registre, je dis parfois qu’il faut cesser d’humaniser la nature et, par contre, renaturaliser l’homme. Et quitte à retrouver une religion, je préfère Spinoza à Paul de Tarse.

Même s’il s’agit d’une construction conceptuelle, on peut considérer qu’il y a bien deux types de droits, les naturels et les autres, politiques ou sociaux ; et, dans cette optique, je défends l’imprescriptibilité des premiers. Mais encore faut-il revenir à l’épistémologie pour définir le concept de droits naturels, voir où cela nous mène et s’interroger plus avant sur la notion d’imprescriptibilité. Je ferai tout cela, rapidement, en précisant déjà que ce sont ceux que la nature ayant fait l’homme lui a donnés : le droit de penser, et je suis sensible à cette possibilité de le faire sans être « entendu » ; celui de parler, donc de dire ce que l’on conçoit ; celui de marcher, donc d’aller d‘un point à un autre suivant nos besoins ou notre humeur. Surtout, avant tout autre, celui de vivre, donc de trouver dans la nature le minimum de ce qui nous est nécessaire. Mais si ces droits sont « octroyés » par la nature, alors ils le sont pareillement pour tous les êtres vivants qui, du point de vue de la nature, sont de même valeur, j’allais dire de même nature. Cela posant alors aussi la question du droit « naturel » de vivre pour ce million d’espèces biologiques que nous avons détruites, depuis un demi-siècle et à jamais, et notre droit à détruire l’environnement. Quant à l’imprescriptibilité, si tant est que ces droits soient « prescrits » par la nature, alors ils le restent et nul n’est besoin de le déclarer solennellement, sauf à ce que ces prescriptions doivent aussi être confirmées ou infirmées par l’homme – on pourrait conceptualiser que la nature octroie et que l’homme prescrit ; l’humain se mettant alors au-dessus de la nature. Je ne suis pas sûr que cela me convienne…

Quant aux droits politiques, à l’évidence, ils sont au moins de deux natures : ceux que l’on revendique et ceux qui nous sont accordés (octroyés) ou retirés. Cette distinction étant fondamentale, s’agissant de liberté.

 

En fait, ce que je voulais dire, c’est qu’il n’y a pas de philosophie politique sans philosophie du droit, donc sans une forme de cohérence dans l’établissement de principes juridiques qui ne devraient pas être de simples références, parfois mobilisées, souvent méprisées, mais des sources auxquelles il faut régulièrement revenir s’abreuver. L’occident est dans une impasse, faute d’être en capacité de répondre aux questions de la liberté et de l’environnement. Sauf à laisser les choses en l’état, ce qui serait un suicide, il faudra bien revenir aux questions existentielles, à savoir : qu’est-ce qu’un homme et quel doit être son rapport à la nature ?

Rendons justice à Emmanuel Macron

Hier après-midi, en revenant comme d’autres samedis de la manif vannetaise, j’ai souhaité rendre hommage à Emanuel Macron et, d’une certaine manière, lui rendre justice pour son action salutaire au service de notre pays. Car enfin, ce que notre président est en train de réussir est important, et nul autre que lui n’aurait pu l’obtenir ; et il s’est engagé dans cette voie difficile en sachant que, lui pourtant jeune allait y sacrifier sa réélection et peut-être gâcher sa carrière politique.  Et il savait, en choisissant cette voie si dangereuse pour son image, qu’il ne serait pas compris et que cet énorme malentendu qu’il allait créer le recouvrirait durablement comme un linceul. Car l’homme de la rue, si prompte à céder à ses humeurs, à s’enflammer sans chercher à comprendre la subtilité du coup d’échec, un coup de maître en vérité, ne pouvait comprendre et lui rendre justice. Aussi m’appartient-il de lui rendre grâce au nom de la Nation, de la République et de la France – c’est bien La Marseillaise que l’on entend en fond sonore de mes propos.

Nos concitoyens qui firent les grandes heures d’une histoire dont la mémoire brille pour certains peuples comme un phare, étaient déprimés, plus encore, atones ; l’encéphalogramme de la nation aussi plat que les eaux de la petite mer, un jour de pétole. Ils semblaient collectivement amorphes, flottant à la dérive comme une algue décrochée de son rocher ; des veaux qu’on menait à l’abattoir, comme aurait dit certain dans un autre contexte – si je peux ajouter les comparaisons aux comparaisons. A tel point qu’ils ne sortaient plus de chez eux et semblaient conquis par la religion de l’à quoi bon. Près de 70 % d’abstention aux dernières régionales. Et c’est peut-être cela qui a conforté Emanuel Macron dans sa volonté de faire du bouche-à-bouche à ce corps malade, syncopé, qui présentait déjà tous les traits de la mort.

Bien sûr, il y avait eu Nuit-debout, mais ce sursaut qui avait été trop parisien, trop bourgeois, trop intellectuel, était si loin. Bien sûr, les hommes en jaune avaient secoué ce corps sans vie de spasmes fiévreux inquiétants. Mais, malgré la durée du traitement, ils n’avaient pas vraiment ramené le corps à la vie. Notre président, premier personnage de l’état, semble lui en passe de réussir ce tour de force : ranimer la nation, son esprit de résistance. Évidemment, il a dû mettre le paquet, montrer le visage de la dictature pour sortir les Français de leur léthargie, user de toutes les provocations, attenter plusieurs fois à leurs libertés individuelles, passer toutes bornes, présenter à tous un visage qui n’est pas le sien, celui de la dictature bureaucratique la plus dure, la plus puérile aussi. Évidemment, il a dû mobiliser tout l’appareil d’état et les médias du marché pour, tour de vis après tour de vis, mensonge après mensonge, preuve d’incompétence après preuve d’incompétence, produire du désordre et réveiller le peuple. Mais ça y est, la nation semble à nouveau respirer, ses poumons se remplir de l’air nouveau de la liberté, et ce bouche à bouche, cette ventilation artificielle l’a peut-être sauvée ; nous verrons bien sa capacité de résilience, ce qui lui reste de force. Reste à ce que ce mouvement populaire, pulmonaire, cette inspiration d’air frais qui oxygène le sang de la nation, s’amplifie encore, semaine après semaine, ne s’arrête pas, acquière une pulsation régulière, devienne une respiration puissante, vivifiante. Ce n’est pas gagné, mais, comme Emmanuel Macron, je veux y croire. Et je ferais mon petit possible, pour que le pari du Président soit gagné, que la France revive et regagne demain sa liberté. Merci au pass sanitaire, merci Monsieur le Président à votre action de choc ; que l’histoire y rende un jour hommage.

Écologie coercitive vs écologie libertaire

Si je reste fidèle à la philosophie, par beau et mauvais temps, c’est que c’est d’abord une éthique de la pensée et qu’étant peu rigoureux et un peu paresseux, sans doute trop faible de caractère, j’ai besoin de discipliner ma vie, donc mes pensées. Car la pensée, une fois formulée dans l’intimité de l’être, s’exprime par le dire et par le faire et façonne nos vies. L’optique est donc ici essentielle : voir, évaluer, penser. La pensée n’est d’ailleurs réellement « pensée » qu’une fois dite ou mise en action, verbalisée et incarnée. De ce fait, la philosophie, qui n’est ni l’histoire scientifique des idées, ni une forgerie de concepts considérée comme fin en soi, ni une glose sans fin sur la philosophie des autres, est une pensée morale en acte ; et de ce fait, doit appréhender le tout, et souvent par son infinité de petits bouts : les questions techniques, économiques, sociales, politiques, écologiques, existentielles, épistémologiques, etc. – comme si toutes ces classifications si réductrices avaient quelque sens.

 

Je m’exprime peu sur l’écologie, bien que je croie que les deux sujets essentiels dont l’hypothétique résolution conditionne la survie de l’humanité sont, d’une part celui des libertés individuelles, d’autre part celui de l’environnement – liberté et environnement, même massacre, même combat ; car l’une et l’autre sont systématiquement détruits par l’attelage fatal du Marché et de la Bureaucratie étatique ; et cette destruction systémique qui caractérise notre modernité est bien celle de l’humanité, de ses conditions de survie. Et croire que l’on va sauver ce qu’il nous reste de libertés en renonçant à protéger l’environnement, ou que la sauvegarde de la planète passe par un renoncement définitif aux libertés individuelles constituent la même folie.

Chaque pas, chaque progrès dans le domaine de la sauvegarde ou de la restauration de l’environnement ne peut donc s’envisager qu’en s’accompagnant de progrès, de gains de libertés. Sinon, c’est un piège, un projet non « finançable » psychologiquement. Et c’est pourquoi je pense que l’écologie ne saurait être une « utopie coercitive » ou « punitive », et doit, tout au contraire, être un « projet de société libertaire ».

Coercitive, elle ne peut l’être sauf à ruiner le peu de libertés qu’il nous reste. Punitive, ce serait trop injuste de punir ceux-là mêmes que la crise environnementale touche le plus et qui n’ont jamais choisi ce modèle de développement qui bousille et la planète et leur vie. Et de plus, on ne peut énoncer que les pollueurs doivent être les payeurs, puis exonérer le Système qui a ruiné la terre et préférer faire payer cette masse de gens qu’on a déresponsabilisée et qu’on maintient subordonnée au Système. Et c’est pourquoi, si tout vrai démocrate doit dénoncer nos « démocraties » parlementaires, si tout vrai libéral doit choisir la liberté des gens contre celle du Marché, du moins chaque fois que leurs intérêts divergent, de même, tout écologiste véritable doit dénoncer l’écologie politique, partisane, utopiste et liberticide ; cette écologie idéologique néocommuniste qui souhaite instaurer non pas une dictature du prolétariat, mais une dictature de l’écologie, c’est-à-dire, au bout du compte, comme dans le schéma soviétique, une conception étatiste et collectiviste du bien commun qui inévitablement conduira à la dictature d’un parti « écologiste » se confondant avec un État totalisant.

 

Oui, si je me déclare de gauche, démocrate et écologiste, je dénonce ce qu’on nomme l’écologie politique, en ce qu’elle est totalitaire, héritière de cette gauche néocommuniste qui, en Europe comme aux États-Unis, a gagné la guerre froide idéologique et qui renaît aujourd’hui sous forme de culture woke. Et il ne faut pas s’étonner que cette forme d’écologie soit aussi impliquée dans la promotion des mouvements LGBT ou d’un certain islamo gauchisme. Cette gauche-là, socialiste au sens que l’on pouvait donner à ce terme en 1864 (à l’époque de l’AIT, la première internationale) ; mouvement qui connut dès 1868, cette rupture historique entre la voie dirigiste et étatique proposée par Marx et celle, antiautoritaire et anti étatique proposée par Bakounine ; cette gauche qui devint léniniste puis stalinienne, avant de s’étatiser et de s’embourgeoiser ; cette gauche qui abandonna les classes populaires et la paysannerie ; cette gauche qui est celle qui a accepté Maastricht et dont EELV est une composante, n’est pas la mienne. Ma gauche étant clairement celle défendue historiquement par Bakounine, Kropotkine, Reclus (un écologiste avant l’heure), etc., une gauche anti-autoritariste, antiétatique, libertaire qui ne peut se satisfaire du projet européen et qui n’adhère pas à une conception étatiste et collectiviste du bien commun. Et, même en prenant quelques distances, je n’ai jamais renié cette famille et ai toujours, comme homme de gauche, combattu le fascisme, le communisme, le socialisme bobo, et aujourd’hui ce néocommunisme woke, dont l’écologie politique est une composante.

Cette écologie est donc dangereuse. En premier lieu, c’est une idéologie totalitaire et totalisante qui veut tout englober, tout normer, tout règlementer : la vie (où et comment nous devons habiter, consommer, nous chauffer, nous laver), les mœurs (comment nous devons nous distraire, aimer, nous accoupler, rêver – la maire EELV de Poitiers déclare que « L’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfant » –, les pensées (politiquement correctes) ; mais tout cela, sans le dire vraiment ; et en acceptant une surveillance de masse. En fait, cette écologie souhaite produire des humains, comme le Marché produit des fruits, et surtout des légumes : tous identiques, aux formes douces et colorées, calibrées et sans taches, pouvant trouver leur place dans des cagettes à bon marché fabriquées pour les recevoir, mais insipides, sans défauts, mais sans saveurs et sans identité propre.

En second lieu, c’est une utopie de bourgeois urbains, majoritairement spéciste, qui prétend défendre l’environnement et la biodiversité, mais nie la vie et la singularité des individus. Enfin, elle prétend sauver la planète et l’humanité, en sacrifiant l’individu et ses libertés, et sans changer de système de développement ou de pensée : l’absence de démocratie ne les interpelle pas ; la dictature de la bureaucratie leur est supportable ; le système de production/consommation ne les gêne que dans la mesure où il dérègle le climat. Enfin, elle est prête à consentir d’énormes efforts pour régler le problème climatique à condition que ce soit les gens, donc nécessairement les plus pauvres qui paient. L’idée étant de créer un nouveau business, relancer la machine économique (machine infernale), en la repeignant en vert. Et tous ces efforts d’adaptation d’un système qui a préféré l’optimisation des profits à court terme aux investissements de long terme, et qui veut maintenir sa rentabilité en s’écologisant, devraient être payer par les moins riches qui seront les seuls à faire des efforts quand l’industrie pourra continuer à gaspiller et les riches, payer des taxes qu’ils peuvent payer. Qu’on ne s’y trompe pas, cette écologie ne veut pas casser l’attelage fatal de la bureaucratie étatique et du Marché, elle veut simplement subvertir l’état et devenir l’interlocutrice du Marché. Et, pour avoir faire trop long, je ne parlerai pas du scandale de l’éolien qui m’aurait permis de l’illustrer.