C’est pure méchanceté

Puis-je revenir sur ce glissement idéologique, depuis le judaïsme – qui défend l’idée d’un homme-avatar d’un Dieu qui le créa à son image et à sa ressemblance – ; au christianisme qui fit d’un homme, non seulement le second Adam, mais un être consubstantiel à son divin père, son égal en la trinité – ; jusqu’à l’humanisme que Rousseau défend au prétexte que l’homme serait seul doté d’une conscience et naturellement bon.  Car s’il ne l’était pas, la méchanceté serait en sa nature, et Dieu étant nature – naturante comme le dit Spinoza – la méchanceté serait en Dieu.

L’animal n’est pas méchant, on doit pouvoir en convenir, même si le loup, le crocodile ou le requin…

Comment pourrait-on mettre l’homme au-dessus de tout, c’est-à-dire des autres animaux, et c’est bien le propre de l’humaniste, sans concevoir un homme naturellement bon ?

 

Le divin Rousseau – comme l’appelait Robespierre – avait-il raison ? L’homme est-il bien « naturellement bon » ou plus réellement « congénitalement peccamineux » ? Comment suivre le « Promeneur solitaire » dans ses rêveries et faire « coller » ces deux propositions : la bonté naturelle de l’homme et la réalité du fonctionnement de nos sociétés, sans évoquer un « bug », une chute originelle qui vicie l’humanité ? Les judéo-chrétiens voient ce vice premier dans le péché originel dont Abel serait la première victime expiatoire, Rousseau le voit dans la construction ou le développement des sociétés humaines. « Tout est bien sortant des mains de l’Auteur des choses, tout dégénère entre les mains de l’homme ». On serait donc tenté d’en conclure : dans le contrat social ».

J’aurais tendance à croire que la méchanceté, que je ne confonds pas avec la violence, est toujours le fruit d’une frustration ou d’une maladie mentale, et c’est là où l’on doit pouvoir distinguer une méchanceté ordinaire et une autre, pathologique. Observons des enfants aimés de leurs parents, intégrés dans leur environnement familial et sociétal : ils ne sont pas méchants, même pauvres et débiles.  La méchanceté est une perversion, le produit amer d’une souffrance intime, mais parfois aussi une maladie congénitale. C’est donc moins la société en elle-même que l’éducation qu’elle permet (voir, ou plutôt relire l’Émile) qui rend les gens envieux et méchants. Mais c’est sans évoquer des raisons plus pathologiques, comme la folie, le sadisme ou le masochisme. Et j’utilise ici le terme de sadisme dans sa définition la plus triviale, la moins philosophique. Défaut d’amour et perversion du désir sont, pour l’homme sain, les deux parents de la méchanceté ordinaire. Cette méchanceté ordinaire étant donc le fruit d’un déficit affectif ou d’une frustration mal refoulée. Et il n’y a qu’un remède à cette méchanceté ordinaire aliénante, c’est l’amour, ce que Jésus avait bien compris et dont il fit les fondements de son enseignement.

Et s’il m’est permis de conclure par un parallèle qui tient plus à l’association d’idées qu’à une vraie cohérence du propos, c’est un peu comme l’addiction qui n’est qu’une réponse à une vacuité, un désœuvrement, ou plus profondément un vide existentiel. Il n’y a qu’un remède, c’est le travail. Faut-il en conclure : « amour et travail », « famille et travail » ? La vérité de la condition humaine est probablement à chercher de ce côté, mais assurons-nous, dans le travail comme en amour, de n’être pas subjugués et de rester libres ; prenons garde aux liens délétère de subordination et de condescendance.

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.