Dans le sang

Le week-end fut dramatique, sanglant – et ce n’est pas terminé ; le deuil, du moins celui décrété national, s’achève ce soir, sans que l’on puisse, aussi facilement, décréter un terme à la douleur. Mais, après l’émotion, il va sans doute être temps de penser.

De jeunes Français ont tué à Paris, se faisant exploser afin de punir notre pays d’être entré en guerre contre l’E. I., et de mener ce combat en Syrie. Ces jeunes musulmans, militants d’une cause qui dépasse notre entendement, haïssent l’occident, et se sont immolés à cette cause. L’occident serait donc haïssable…

Ce que j’exprime ainsi n’est pas une opinion, encore moins une question, c’est un fait avéré dans le sang. Et, partant de cette réalité objectivée par le massacre d’une centaine d’innocents, ne pourrait-on se demander pourquoi ? Qu’est-ce qui suscite une telle haine ? Comment une civilisation prétendument supérieure, par sa technologie, ses arts, ses valeurs, son respect de l’homme, peut-elle être haïe à ce point par des jeunes qui sont nés en son sein, parlent une de ses langues, vivent sur son territoire ? J’ai peur que nos dirigeants ne souhaitent pas poser cette question, politiquement incorrecte, car ce serait douter, voire remettre en cause l’ordre établi. Mais gardons espoir, les interdits changent, et on ne peut trop longtemps nier les évidences. En janvier, Manuel Valls tançait un responsable politique qui parlait de guerre au lieu de parler de terrorisme. Aujourd’hui, François Hollande parle de guerre.

J’entends que l’on insiste sur le fait que ces jeunes sont de petits délinquants qui se sont radicalisés. Sans doute, mais on ne trouve cette haine de nos valeurs ni dans le petit ni dans le grand banditisme. J’entends aussi, et de manière aussi peu convaincante, parler de folie. Les islamistes ne sont pas fous, cliniquement parlant ; mais est-il permis de le dire, ou du moins, cette opinion est-elle audible ? Évidemment, ils sont exaltés par un sentiment religieux. Qu’on m’entende bien : ce ne sont pas des fous de dieu. Ce sont des gens passionnés, prisonniers d’une passion mortifère et meurtrière, une passion qui les aveugle et qui porte un nom commun : la haine. Et la haine, comme l’amour, est une passion de nature religieuse. C’est d’ailleurs une idée que je défendais dans une chronique de février «  Parlez-moi d’amour ». Toute passion est de nature religieuse, car elle hypostasie l’idée tout en la sublimant. Et cette capacité à se passionner pour un sentiment, une idée, une croyance, et à aller au martyre en chantant est bien le propre de l’homme. Combien ont su porter leur âme à ce niveau d’incandescence où, sur le bûcher, il n’était même plus nécessaire de craquer l’allumette pour que tout s’embrase ? L’homme est le seul animal capable de communier de manière aussi tragique dans sa foi en une idée. Cette démesure thymotique est son essence. C’est pourquoi ce que Feuerbach dit de dieu, qu’il définit comme tentative d’objectivation de l’essence de l’homme, peut s’exprimer pareillement en reconnaissant que mourir pour une idée qui nous parait essentielle, c’est-à-dire constitutive de notre être, ou le dépassant est bien le propre de l’homme. Et c’est aussi pourquoi il vaudrait mieux cultiver le respect et le mépris et laisser l’amour et la haine aux dieux, mieux armés que les hommes pour gérer ces hybris.

Évidemment, il y a derrière ces martyres des gens qui tirent les ficelles, qui s’inscrivent dans des enjeux de pouvoir, évaluent des stratégies, calculent. Évidemment, ces jeunes paumés sont instrumentalisés, et leur haine est construite par d’autres qui les formatent, créent ces passions et les poussent à l’irréparable, parfois en les droguant. Mais ce fut toujours le cas. Les fantômes (pour le dire avec les mots de Stirner ou de Leopardi) ont toujours été des « objets à manipuler », que l’on nomme ces fantômes Dieu, Allah, la patrie, la république, la démocratie, le peuple. C’est ainsi qu’en occident le concept de « démocratie » correspond à ce que la cohérence étymologique devrait nous conduire à qualifier d’aristocratie élective[1], et je remarque que si le pouvoir appartient au peuple, les gens n’y en ont aucune part. Si ces fantômes spirituels ne sont pas vides de sens, ils sont pourtant désincarnés ; ce ne sont que des fantasmagories, et si les politiques, comme les médias qui leur servent quotidiennement la soupe, en ont toujours la bouche pleine, c’est encore plus remarquable en période de crise, comme aujourd’hui. Mais ces concepts sont aujourd’hui devenus inutilisables pour qui veut penser juste, c’est-à-dire pour qui tente de se positionner sur le terrain de la philosophie politique. Il faudrait que les médias se taisent pour que l’on s’entende penser, qu’ils arrêtent de faire tourner en boucle ces images qui saturent notre sensibilité, enfin, qu’ils nous lâchent…

Revenons sur la psychologie de ces jeunes « martyrs » à leur cause, tous jeunes du même âge, entre 18 et 28 ans pour l’essentiel, qui présentent effectivement des profils psychologiques et de faiblesses comparables. Car il faut bien distinguer, le projet politique qui est celui de l’E. I., et le phénomène instrumentalisé de la radicalisation de certains jeunes en occident. Je pense que la jeunesse a besoin, pour se construire, d’une forme d’exaltation, de dépassement, que l’on peut trouver dans des aventures spirituelles, politiques, professionnelles, matérielles. On peut s’interroger sur ce que nos sociétés sont capables de proposer à ces jeunes de banlieue. La réponse est simple : rien. Notre société incapable de défendre des valeurs, de proposer un projet politique cohérent n’a plus rien à offrir à personne. L’économie a tout stérilisé. Nous vivons dans un monde castré par le délire normatif de l’administration. Et je renvoie à la lecture du dernier livre de David GRAEBERBUREAUCRATIE. Plus notre société sera fonctionnarisée, aseptisée, assistée, plus nous devrons faire face à des réactions d’une extrême violence, et de types radicales.

[1]. Je renvoie à l’excellent livre d’un auteur canadien Francis DUPUIS-DERI : Démocratie – histoire politique d’un mot – Aux Etats-Unis et en France.

One comment on “Dans le sang

  1. Pascal,
    Je suis partiellement d’accord avec toi sur la notion de passion religieuse qui anime ces jeunes.
    Ces jeunes n’ont pas de passion. Ils ont été manipulés et ont subi un lavage de cerveau. Une passion permet de s’élever. Elle peut être mortifère j’en conviens mais elle n’est pas ce que vivent ces jeunes. Ils sont dépossédés. Ils ne s’appartiennent plus. Daesh leur a volé leur vie et leur conscience.
    De plus, je refuse le terme d’état islamique pour les appeler Daesh. Des tueurs sanguinaires et cupides œuvrant, comme l’homme sait le faire, pour leurs seuls objectifs et leurs biens. C’est la cupidité de l’homme. Rien de plus. La religion n’est qu’une excuse comme souvent. Un trompe l’œil.
    L’occident est complice car il a enfanté en son sein ses fanatiques qui utilisent comme excuse la religion pour leurs desseins maléfiques. Rien de plus. Ma haine pour ces gens n’est pas passionnelle. Elle est froide et réfléchie.
    Je nous en veux aussi à nous occidentaux qui sommes complices car nous soutenons derrière le rideau ces gens maléfiques. N’est ce pas vrai que la Turquie achète le pétrole de contre-bande de Daesh. N’est ce pas vrai que la Russie soutient uniquement la Syrie pour garantir ses intérêts propres ? N’oublions pas le double jeu de l’Arabie Saoudite ainsi que du Quatar…
    A qui ment on ? Ces immigrés (de Syrie, de Lybie, …) qui meurent chaque jour me torturent car nous en sommes responsables. Ces gens ne sont pas sur les routes par hasard. Ils fuient notre avidité à soutenir nos vies en occident. Nous devons vendre nos armes (Le Rafale n’est il pas un bel exemple), nous devons garantir notre approvisionnement et notre accès au pétrole du moyen orient… Tout ceci pour que nous vivons mieux… Alors cessons d’être dupes et voyons la vérité en face. Nous avons tous du sang sur nos mains car nous acceptons chaque jour ces sacrifices pour que notre idéal occidental vive…
    Nous portons haut notre flambeau à un cher prix… Telle est la vérité crue.
    Le seul fondamentalisme est notre avidité, notre vanité et la cupidité de l’homme.
    Une seule concession. Il est vrai que dans la région, se confrontent 2 cultures et 2 visions. Les Sunnites et les Chiites. On sent là un nœud historique que je voudrais plus creuser…
    Quant à nos jeunes, le problème est de fond. Nous offrons nos jeunes démunis à ces pillards d’âmes car nos politiques n’ont pas de projets autres que leur cupidité du pouvoir. Décidément, nous payons chaque jour un fort prix. L’homme a tous les atouts et démontre chaque jour qu’il peut le meilleur comme le pire…

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.