Fiscalité écologique

Tout dialogue suppose un accord sur un certain nombre de préalables sémantiques, sur le sens communément entendu des mots échangés et la pertinence de certains concepts et notions. Concrètement, et pour rester encore un peu sur quelques réflexions politiques tirées par l’actualité, s’il est urgent d’avoir un débat citoyen sur cette transition écologique tellement nécessaire et urgente, je ne comprends pas, par contre, pourquoi il faudrait débattre d’une « fiscalité écologique », alors que ce concept est pervers et inacceptable en soi. En effet, si un plan de transition doit être mis sur la table, ses trois composantes principales seront : son contenu, à savoir là où l’on souhaite aller, et cela exprimé clairement – et aujourd’hui, c’est loin d’être clair –, son échéancier – je ne suis pas sûr d’avoir compris si l’on parle d’une transition qui va durer le temps de ce quinquennat, ou si c’est un plan sur 10, 20 ou 50 ans –, et son financement ; ce dernier point n’étant pas des moindres : combien cela va-t-il coûter au pays ? –  1 à 2 % de son PIB ? et pendant combien de temps ?

Et comment cela sera-t-il financé ? Et je le répète, cette transition doit être financée solidairement par la nation, et non par une catégorie de Français, encore moins par un jeu complexe et obscur de taxes. Et ce gros investissement, s’il est financé par l’emprunt, ne peut être intégré au calcul permettant de vérifier le respect des contraintes budgétaires européennes. Si le pays était en guerre, envahi par la Suisse, et qu’il fallait produire un effort de guerre considérable, se soucierait-on du respect des critères, ou n’appellerions-nous pas plutôt à la mobilisation générale ? Et ce n’est pas la patrie qui est en danger, comme en juillet 1792 ou en juin 1940, c’est la planète.

Sachant que le respect d’une saine doctrine financière devrait conduire à financer les investissements par voie d’emprunt, et qu’on ne peut demander à un pays de répondre à une urgence létale, en respectant des critères formels trop stricts. De même qu’on ne peut motiver des gens qui ne sont pas vraiment responsables du dérèglement climatique – le français moyen est-il responsable de l’explosion démographique de l’Asie, et du désir de ses habitants d’avoir des voitures –, à l’action écologique, par une fiscalité écologique, c’est-à-dire punitive. Car si l’on rate ce rendez-vous de la transition écologique, cette guerre contre la fatalité, le respect des critères européens n’aura servi à rien.

 

Sur les objectifs de ce plan de transition écologique dont on nous rebat les oreilles, et là où l’on voit que les gilets jaunes ont quand même raison, et que l’on doit aussi leur savoir gré de nous ramener un peu sur terre … Le seul plan qui semble exister est celui de la Commission européenne, intitulé : « règlement européen relatif aux réductions annuelles d’émissions de gaz à effet de serre ». Il prévoit de réduire à l’horizon 2030 les émissions de CO2. Mais ce plan n’est pas un plan de transition écologique, ou de décarbonatation de l’économie, ou de protection de l’environnement, ou de sauvegarde de la biodiversité.  Et il ne prévoit pas son financement ; c’est dire qu’il est vide, ou que ce n’est qu’une feuille de route, et nullement un plan. Il n’a pas été élaboré de manière démocratique – les citoyens n’y ayant pas été associés. Et on ne peut considérer ce plan comme un grand Plan national, sensé engagé et la nation collectivement et chacun particulièrement. Et si c’est un plan de l’U.E., c’est bien à l’U.E. de le financer. Nos gouvernements successifs, face à une situation qu’ils nous dépeignent comme dramatique et urgente, ne se sont pas saisis de la question, et ont laissé, comme chaque fois, des fonctionnaires coupés du terrain aligner des chiffres. Clemenceau le disait pour notre pays, mais cela vaut aussi pour l’U.E. : « la France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts ». Bien vu ! face à un problème un fonctionnaire ne sait qu’inventer ou alourdir une taxe ». Pourquoi, croyez-vous que les gilets jaunes ne font plus confiance aux politiques ? Parce que, face à un problème de cette nature, si complexe à résoudre qu’il va nous obliger à changer de modèle, si impactant pour la vie des Français, les politiques préfèrent démissionner et laisser le problème à des fonctionnaires qui ont déjà largement démontré leur incompétence, et en l’espèce, dirigés par un homme aux valeurs contestables. Le président Macron ne s’intéresse qu’à l’économie, à la croissance, c’est-à-dire à la meilleure façon d’enrichir les riches. La transition écologique, Nicolas Hulot l’a compris à ses dépens, ce n’est pas son truc ; mais c’est bien aussi pour la chancelière allemande qui peut faire tourner à plein ses centrales à charbon sans qu’Emmanuel l’admoneste.

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.