Où est le problème ?

Oui, où est le problème ? Question simple, mais fondamentale ; et qu’il faut poser, car comment soigner sans au préalable poser le juste diagnostic ?

Les gens sont dans la rue, nombreux et partout, porteurs d’un ridicule gilet fluo. Et ils affrontent des fonctionnaires de police qui les cognent durement. Il y a, visiblement, une fracture entre ces gens et l’État. Et l’on doit s’interroger sur les raisons de cette défiance qui prend souvent la forme haineuse ; s’interroger et y revenir encore. Beaucoup de Français n’aiment pas l’Etat, certains le haïssent, alors qu’il est censé travailler à un intérêt général qui, s’il existe, ne peut être que celui de ces gens. Pourquoi donc haïr un système qui défend vos intérêts ?

A cette question, on ne peut répondre en utilisant la rhétorique marxiste ou libertaire, et en évoquant simplement l’expression musclée d’un pouvoir de classe, la police de la bourgeoisie aux affaires. Je pense qu’il d’agit d’autre chose. En république, l’État est aux ordres des élus et au service des gens. J’ai peur qu’aujourd’hui, la bureaucratie étatique, c’est-à-dire les hauts fonctionnaires, ne prenne plus leurs ordres auprès des politiques, mais leur dicte la politique à suivre ; et que la bureaucratie ne soit plus au service des gens, mais d’une idéologie qui s’est développée au sein même de cette bureaucratie. Quand ce sont les fonctionnaires qui décident, et qu’ils ne travaillent qu’aux intérêts de l’État, alors, la relation de cet état avec le peuple ne peut être que problématique.

Mon médecin n’a de cesse de me dire qu’il faut écouter son corps et le ménager si l’on ne veut pas le payer cher. Notre président jupitérien serait bien avisé d’écouter le corps social, sinon, il le payera et nous serons nombreux à la payer avec lui.

Dernier point : j’ai souhaité déposer une modeste contribution sur le site gouvernemental du grand débat. Ce n’est pas possible car, en lui et place d’une contribution, on accède à un sondage foireux.

De qui se moque-t-on ?

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.