Une escroquerie parmi tant d’autres

Observant le travail de fourmis de la Commission européenne, je me disais que la grande escroquerie politique, c’est de nous faire croire que la mission naturelle d’un gouvernement serait de servir le Marché pour qu’il crée des emplois et garantisse à la majorité un esclavage de survie ; cette création étant considérée comme une fin en soi, et sa promesse justifiant tous les renoncements moraux. Ici, Pacte de stabilité et de croissance, là, de compétitivité, ces pactes n’étant que des pacs contre nature entre le Politique et le Marché, mêmement mus par une idéologie mortifère : l’économisme.

 

Faire système

J’en ai après le Marché, c’est vrai, cette grande roue qui nous moud et nous infantilise, et n’ai jamais aimé l’État, ce mal nécessaire. Car je crains tout ce qui fait système.

Faire système ou faire corps, pour le dire en termes spinoziste, c’est d’abord être au service de soi, de sa préservation, c’est-à-dire de sa cohésion, être au service de sa croissance et de sa reproduction. Le corps, chez Spinoza, est à la foi une des formes que prend la substance, et un agrégat d’éléments qui cessent en partie d’exister comme tels pour faire système et exister dans cette forme nouvelle, au service de cette forme. Le corps est donc un conatus subsumé des individus s’abandonnant au tout qu’ils constituent.

L’État, pour des raisons constitutives plus que constitutionnelles, est d’abord au service de l’État ; et ses grands corps faisant corps, ne forment en fait qu’un corps constitué à la logique propre, un corps qui, au plan politique, a subjugué le politique ; le ministre n’étant que le représentant de ce corps, dans un  théâtre pour enfants où tout est fait pour donner l’illusion que Guignol vit et parle, alors que c’est bien la volonté de l’administration qui tire toutes les ficelles et fait danser le ministre, et la voix de l’État qui toujours se fait entendre. Les ministres passent, les hauts fonctionnaires restent. Ça me fait un peu penser à la fin du cycle mérovingien en Francie. Les rois chevelus n’avaient plus aucun pouvoir. Ils gagnaient le palais, vautrés dans leur char tiré par des bœufs, recevaient les ambassadeurs, leur disant ce qu’on voulait qu’ils entendent, mais c’était le maire du palais qui gouvernait et imposait sa politique. Jusqu’au jour où, avec l’accord du pape, on prit Childéric III pour le tondre, avant de l’enfermer dans un monastère, et Pépin III le petit, fils de Charles, celui au marteau, et père du sérénissime auguste, Charles le grand, reçut de Zacharie la couronne royale. En France contemporaine, c’est par la votation populaire que les hauts fonctionnaires accèdent au pourvoir.

Confession libérale

Restons sur ce chapitre politique. J’assume d’être un penseur libéral, c’est-à-dire un opposant résolu et engagé au néolibéralisme économique ; et c’est bien à ce titre que je défendais ici récemment le Règlement Européen sur la Protection des Données personnelles, comme je défends chaque fois que l’occasion m’en est donnée ou que l’envie m’en prend, toute règlementation qui se donne comme fin de protéger nos libertés individuelles. Car, précisons ces deux points, ce sont bien les gens qui m’intéressent, pas le peuple ou la nation, pas des types réduits à leurs caractères taxinomiques ; et ce sont bien leurs libertés individuelles qui m’importent, celles qui se vivent au quotidien. Le collectif ne m’intéressant que comme collectif d’individus autonomes et censément sensibles et censés.

Pour un libéral, et cela peut en constituer une excellente et simple définition, une bonne règlementation est donc celle qui protège très concrètement une liberté menacée par un tiers, que ce tiers soit une personne physique, ou le Marché ou encore l’État, sans oblitérer au-delà du strict nécessaire la liberté de ces tiers. Et c’est bien en fonction de ce principe structurant mon éthique que je combats avec la même violence les excès liberticides du Marché et ceux de l’État. Car si l’un ou l’autre veulent porter atteinte à nos libertés pour de prétendues bonnes raisons, notre confort, notre sécurité, notre plaisir, notre bien, encore faut-il que chacun puisse en juger, en accepter l’abandon, souscrire à ce compromis, le plus souvent, foireux, d’abandonner très concrètement un degré de liberté pour un bénéfice, presque toujours illusoire : la RGPD parle de consentement libre, éclairé et explicite. Et ne parlons donc pas de cette escroquerie politique qui consiste à brader les libertés des gens, au profit de la nation, du peuple, de concepts plus ou moins douteux, plus ou moins fantomatiques.

La notion de consentement est ici, clé, et si l’État de droit peut trouver son origine dans un Contrat social qui n’est qu’une fiction politique acceptée, car nécessaire, la démocratie ne peut s’en contenter, et a besoin d’un consentement libre, éclairé, et explicite. Où l’on revient à ces conditions de possibilité : liberté de consentir ou de refuser, effort démopédique – la démopédie proudhonienne étant à l’effort de pédagogie marconien, ce que le jour est à la nuit, ou la communication est à la com –, recherche du consensus le plus large et refus de la dictature de la majorité.

La politique, jamais très loin de la philosophie

Si le travail philosophique a pris une très grande place dans ma vie, la question politique m’intéresse autant ; et, pratiquant l’une et l’autre pareillement, de manière passionnée et outrancière, c’est-à-dire nietzschéenne, la philosophie politique est logiquement un de mes sujets de réflexion favori. Et toujours en prenant ces positions paradoxales qui me rendent un peu difficile à suivre par ceux qui préfèrent les choses simples, les classifications binaires : d’un côté les croyants, de l’autre les athées, ici les matérialistes et là ceux qui pensent que l’esprit survit à la désorganisation de la matière, à droite les uns et à gauche les autres.

 

Donc, bien que mes obsessions existentielles ne me quittent pas, que les questions morales me travaillent toujours autant, je ne veux aujourd’hui ni chroniquer, par une mise en abime, l’ontologie de la vérité, ni évoquer à nouveau les fondements anthropologiques de la morale. Non ! je veux évoquer le RGPD, ce nouveau règlement européen censé légiférer la gestion des Données Personnelles. Car ce nouveau texte, applicable en mai dans l’Union, et qui vient d’obliger Facebook à rapatrier d’Irlande aux États-Unis, tous ses comptes non européens pour les « mettre à l’abri » d’une « protection juridique nouvelle », constitue bien un sujet majeur de philosophie politique.

Je ne vais pas détailler ici les nombreux attendus (173) d’un texte indigeste ni les quelques articles (une centaine) qui le constituent ; mais je veux, sans faire preuve de trop de naïveté, en rendre compte positivement. Car quand même, la technobureaucratie bruxelloise – et le terme de techno ne renvoie ici à aucun goût musical de ces fonctionnaires qui, s’ils sont branchés, le sont surtout sur la ligne de commandement de la ploutocratie mondialisée –  a produit un texte tendancieux, mais néanmoins protecteur des libertés individuelles. Et la question des libertés qui, seule, justifie le choix démocratique, est bien la première à m’intéresser en politique.

Cette prose juridique dit principalement deux choses : en premier lieu que la circulation des données est profitable au commerce et doit être, pour cette raison, favorisée ; en second lieu que le Marché ne peut collecter ou utiliser de données personnelles à l’insu de leurs propriétaires et sans obtenir leur accord. Et si ce texte me semble à ce point important, c’est qu’il confirme le statut de ces données, posant la question de leur propriété, de leur valeur et de leur exploitation, et prenant acte de la nature de notre réalité « marchande », et d’une forme d’épistémè « commerciale » qui doit tout à la réification du monde occidental par le Marché. Pour le dire plus trivialement, notre réalité a été « réduite par le Marché au Marché », structurée par sa vision et organisée pour ses besoins. La Commission européenne en prend acte, visiblement sans mauvaise grâce. Mais l’UE n’est-il pas un produit du Marché, créée, non pas par un homme politique, mais par un commerçant nommé Monnet – et que j’appellerais bien Jean Monnaie, si je ne craignais pas que certains ne comprennent pas le clin d’œil –, ancien banquier d’affaire après avoir fait fortune dans la contrebande d’alcool, et reconverti plus tard dans la carrière bureaucratique. Tout l’esprit de l’Union dans une seule tête : commerce, bureaucratie, banque, contrebande.

 

Je le rappelais encore tout récemment : la vérité, qui « est ce qui est », n’existe pas ; ce que je traduis par ce court aphorisme : « rien n’est vraiment vrai ». Par contre, je ne doute pas de la réalité du monde dans lequel nous survivons, un monde humain, car conçu, révélé, inventé par l’homme ; et en expansion. Ce monde où « tout est réellement réel », et dont les limites sont celles du discours ; un discours de plus en plus enflé sur un monde qui croit à l’image du « big data » (plus de 30 % par an). Quitte à accepter cette réification du monde, on pourrait dresser une taxinomie des objets qui constituent notre réalité : les objets connus du monde physique, les productions intellectuelles, les sentiments et les émotions, toutes choses pouvant constituer autant de données, personnelles ou publiques, plus ou moins partagées. Et l’ensemble de cette réalité reste humaine ; une réalité d’espèce, une réalité chaque jour plus marchandisée par notre système de production, d’échange et de consommation. Et les données sont un nouveau gisement d’exploitation commerciale, pour peu qu’on leur affecte une valeur d’échange plus ou moins fiduciaire. Qu’il s’agisse de matières premières, de produits manufacturés, d’une œuvre d’art, d’une émotion, d’un être vivant, d’une cryptomonnaie, d’un risque ou d’un espoir, d’une information, tout peut devenir un bien marchand, car tout peut permettre à des marchands au désir productif inépuisable de faire encore plus d’argent. La réification du monde occidental est donc essentiellement marchande, car le commerce déstructure notre réalité, la moud, et transforme le tout en un ensemble de produits d’échange. La grande roue du Marché ne broie pas seulement les consommateurs, elle moud la réalité comme la pierre d’un moulin qui en l’occurrence serait un moulin à vent. Et c’est la soif inextinguible du marché qui produit cet accroissement démesuré de la réalité, et beaucoup de données n’existent ou ne sont conservées comme telles, que parce que le Marché souhaite les exploiter et en tirer un profit de court terme. La data est le nouvel or noir et cette métaphore est suffisamment éclairante – comme une lampe à huile – pour que je la prolonge. Le Marché est prêt à l’exploiter, comme un hydrocarbure, quitte à forer sous l’antarctique, malgré les traités internationaux l’interdisant, ou sous l’arctique qui n’est pas encore protégé, quitte à pratiquer le viol, une fracture hydraulique de notre intimité. Remarquons que certaines zones du globe ont pu être protégées des ravages écologiques du Marché, que, par exemple, un traité de 1994 a créé un sanctuaire des Baleines, mais que notre intimité n’est pas aujourd’hui sanctuarisée et que Facebook ou Google y font impunément leurs forages à grand coups de trépans. Et cette trépanation de la boite cervicale de notre société n’est pas sans provoquer des séquelles.

La question de la nature des données, de leur statut, est problématique. Pour redire autrement ce qu’est la réalité, disons que c’est l’ensemble des données conservées à un certain instant par l’homme ; et on ne peut accepter que cette réalité soit la propriété du Marché ou son libre champ d’exploitation. Ce qui reviendrait à considérer, si je peux une dernière fois filer cette métaphore, que les matières premières ou la réserve halieutique n’appartiendraient à personne, ou plutôt appartiendraient à ceux qui décideraient de s’en emparer. Il fallait donc bien que le droit s’en mêle. Évidemment, je ne suis pas naïf et j’imagine bien que le Marché ne rentrera pas dans ce nouveau paradigme, à moins que de spectaculaires « actions de groupe » obtiennent de lourdes condamnations.

Je termine rapidement sur un dernier point, pourtant essentiel, car c’est bien là où je voulais venir. On s’en doute, ce Règlement Général de Protection des Données personnelles ne traite pas des données personnelles collectées et utilisées par l’Administration. Pourtant, si l’on veut protéger la liberté des gens, et faire obstacle à la surveillance généralisée des citoyens, à l’émergence de la société qui dénonçait Orwell, il faudra bien, dans une seconde étape, limiter le droit des États à violer notre intimité et s’inscrire en faux contre cette idée funeste, c’est-à-dire religieuse, que l’on pourrait violer quelqu’un, pour son bien, ou son salut.