Un simple constat

Il y a les vrais problèmes et les autres qui méritent moins qu’on abatte des arbres pour produire du papier, et fasse couler de l’encre pour écrire des essais censés en faire un semblant d’analyse et alerter les gens sur ce qui se passe. Le vrai problème crée un dégât irréversible, voire vital : par exemple l’extinction d’une espèce vivante, le réchauffement climatique ou la fin de l’humain tel que nous l’avons connu et que la philosophie antique l’a décrit (un animal politique). Le faux problème est moins inquiétant et peu parfois attendre. Et puis les médias sont là pour en faire leurs colonnes et les traiter en boucle – le choc des images et l’indigence des mots…

Mais s’il faut s’intéresser aux vrais problèmes, c’est bien parce qu’ils créent des dommages insurmontables et irréversibles, du moins à partir d’un certain point d’irréversibilité qui a justifié l’invention des concepts de principes de précaution et de prévention[1], qui ne sont d’ailleurs que très vaguement appliqués et seulement dans le domaine de l’environnement. Pourquoi ? Il faudrait sans doute ouvrir une trop large parenthèse pour répondre à cette question qui en appellerait une autre : pourquoi avoir créé un CCNE qui se présente comme Comité Consultatif National d’Éthique, en oubliant qu’il s’agit d’un Comité Consultatif National d’Éthique pour les sciences de la vie et de la santé, et qui ne traite donc pas de l’essentiel des problèmes d’éthique, mais seulement de ceux posés dans le domaine de la biomédecine. Mais revenons à nos montons, je veux dire aux humains et à leurs problèmes les plus critiques.

Et j’en vois quelques-uns que je hiérarchise ainsi :

  • La perte des libertés individuelles ;
  • La dégradation de l’environnement ;
  • La montée de la violence ;
  • La subordination de l’homme à la machine ;
  • La dématérialisation des relations ;
  • La fin de la puissance d’agir.

Et pour peu qu’on me demande pourquoi je ne vote plus je peux aussi répondre, parmi d’autres raisons, que je ne trouve ni candidat ni parti ou mouvement politique qui partage cette analyse ; et quant à faire confiance à la jeunesse, elle est globalement trop formatée, trop accro à la jouissance servile pour réfléchir à tout cela et se mobiliser pour que leurs enfants et les enfants de leurs enfants puissent encore vivre décemment. Je constate d’ailleurs, et je l’avais constaté au sein des Gilets Jaunes que les jeunes sont très peu présents dans les manifestations, ce qui n’était pas le cas dans ma jeunesse quand, lycéens ou étudiants, nous étions capables de faire grève au lycée, d’interdire l’accès des classes à nos professeurs, d’organiser de manière autonome des cours donnés par les plus âgés au plus jeunes.

Si j’en avais le temps et le moindre espoir d’être lu, je pourrais écrire un essai sur chacun de ces problèmes thématisés. Mais je n’ai plus cette naïveté. Pas plus que je n’ai celle de croire à la politique ou de croire vivre en démocratie.

La politique est morte depuis que nos gouvernants sont, pour l’essentiel, formés à l’ENA (formés, déformés, formatés…) et que l’essentiel des médias appartient au Marché. Le rachat en novembre 2002 de Twitter par Elon Musk n’est pas, de ce point de vue, anodin.

 Et nos « grandes démocraties » sont si peu démocratiques que l’usage de ce terme confine à l’escroquerie intellectuelle. Effectivement, nos chefs d’État sont élus, directement ou pas, mais cela n’en fait pas des démocraties, même si elles ont, c’est vrai, quelques formes démocratiques, plus encore monarchiques ou aristocratiques, mais sans pouvoir véritablement rentrer dans l’une de ces cases. On sait que la démocratie c’est le gouvernement du peuple par le peuple, ce qui la distingue du parlementarisme, ou que, comme Montesquieu l’écrit dans l’esprit des lois :

« Le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie ; le suffrage par choix, et de celle de l’aristocratie. Le sort est une façon d’élire qui n’afflige personne ; il laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir sa patrie ».

 Et la façon la plus juste de qualifier ces régimes occidentaux, en reconnaissant l’attelage fatal du Marché et de la Bureaucratie et en prenant en compte la réalité de l’État profond (la main de plus en plus visible de l’élite techno entrepreneuriale et de ses officines), il faut parler d’un point médiant entre oligarchie et ploutocratie, une alliance entre les oligarques de la haute administration et des chefs d’entreprise les plus puissants, leur permettant, mains dans la main, d’exploiter un peuple de consommateurs. Et sans faire de listes, on pourrait citer toutes ces personnes qui alternent au plus haut niveau la gestion d’entreprise et le gouvernement politique (Thierry Breton, Jean Castex, …)

J’entends ici ou là quelques intellectuels, certains journalistes qui s’émeuvent chaque fois que le sang coule, ou que les services publics dysfonctionnent, et qui déclarent qu’il faudrait « changer de logiciel ». Ils n’ont pas compris que ce logiciel est un « Système d’exploitation » – nos informaticiens parlent d’OS –, qui fonctionne plutôt bien, c’est-à-dire au profit de ceux qui l’on créé, et dont le but final est d’exploiter la ressource humaine, et surtout de reformater l’homme, afin que naisse une nouvelle humanité que la littérature de fiction a déjà décrite dans le « Meilleur des mondes ». Qu’on reprenne l’ouvrage d’Huxley, tout y est : le mythe sécuritaire, la tyrannie de la bienveillance, le mépris de la confiance sociale, le progrès technologique comme valeur morale, l’instauration d’une religion démente. Et ce nouvel homme (masculin comme féminin) est déjà en germe dans notre jeunesse que je regarde parfois avec un peu d’effroi : inculte, formatée au point de ne plus être capable d’avoir une idée personnelle, docile, jouissive, dépolitisée, naïve… un troupeau d’animaux de rente que les médias flattent pour leur faire accroire qu’ils ont leur future en mains, alors que ce ne sont que de gentilles marionnettes que le Marché scotche devant leurs écrans et font danser au bout de leurs ficèles. Quitte à les instrumentaliser, comme ils le font avec Geta la gentille blonde. Je lis sur Wikipédia que son nom de naissance serait « Greta Tintin Eleonora Ernman Thunberg ». J’ai un peu de mal à y croire, même si le nom de Great Tintin lui va plutôt bien – j’ai toujours été un fan de Tintin, un héros comme je les aime : généreux et intrépide. Quand on pense que les Américains ont prétendu avoir été les premiers à alunir, c’est hallucinant.


[1]. Le principe de prévention vise les risques avérés (qui sont connus ou démontrés) ; celui de précaution vise les risques hypothétiques.

1er mai

La fête du travail

1er mai

C’était dimanche. On peut s’étonner de cette idée de fêter le travail, donc les travailleurs. Et comme toutes les fêtes nationales, voire en l’occurrence, internationale, cette fête a plusieurs sens, même si son sens premier est de rendre hommage aux militants ouvriers : La Journée internationale des travailleurs (IWD, International Workers’ Day) fut une journée internationale de grève instaurée par la Seconde Internationale en mémoire du massacre de Haymarket Square à Chicago en 1886.

Cette fête m’inspire cette réflexion : il y a toujours eu une aristocratie d’en haut et une autre d’en bas, et entre les deux, une populace et une bourgeoisie. Mais il semble bien que notre modernité ait tué l’aristocratie, celle du haut comme celle du bas.

Et cette autre réflexion : le goût de la liberté, après l’honneur, caractérise l’aristocratie. Comme je l’ai déjà rappelé, notamment dans mon premier essai sur la Démocratie, c’est la loi qui crée la liberté. Sans lois, il n’y a que licence. Mais trop de lois tuent les libertés ; toute loi non absolument nécessaire est liberticide. C’est aussi le problème de la sécurité. Comment pourrions-nous parler de liberté, si nous ne sommes pas en sécurité et si l’on doit craindre en permanence de nos voisins. Mais quand cette sécurité est globalement assurée, toute perte de liberté, au prétexte d’améliorer la sécurité, doit être radicalement refusée ; surtout quand cette sécurité est celle de l’État qui la fait payer cher aux gens. Et l’aristocrate choisira toujours la responsabilité, le risque, sur le registre de « la liberté avant tout ».

Je défends, selon les principes de l’antique République romaine, une démocratie d’aristocrates, une aristocratie qui ne soit pas celle que Platon, par la bouche de Socrate qu’il met en scène dans sa « République », défend. Et pour y arriver, une désobéissance civile responsable et citoyenne.

S’abstenir

Il y aura donc un second tour cette fin de semaine. Je n’y participerai pas. J’ai en effet plusieurs raisons de m’abstenir, quitte à consacrer cette journée politique à défendre la démocratie, à faire de la politique, autrement.

La première raison est que voter, en l’occurrence, ne sert à rien : les jeux sont faits, les médias nous en ont rebattu les oreilles jusqu’à nous en convaincre ; et les résultats du premier tout montrent que, pour l’essentiel, ils ne se trompent pas.

Et puis (seconde raison), cette façon honteuse dont les médias, entre les deux tours, ont appelé à voter pour Emmanuel Macron … Trop, c’est trop !

Et puis encore, M. Mélenchon l’a dit assez justement, c’est bien le troisième tour qui compte ;

Mais surtout, et qui me lit le sait, je défends, comme ultime arme politique, comme ultime réponse démocratique face à ce que Michel Onfray nomme le parti unique, cette désobéissance civile que je pratique comme désobéissance citoyenne.

On peut aimer son travail, son usine, s’être battu pour obtenir cet emploi auquel on tient et néanmoins faire grève, ou ne pas vouloir se compter parmi les jaunes. Certains devoirs parfois s’imposent, une exigence de responsabilité ne plus nous laisser d’autres choix.