Géopolitique sur le zinc

Il y a un côté ludique aux prévisions et, soyons clairs, toute prévision n’est que la projection d’un fantasme ; et toute prévision économique, même proférée de manière sentencieuse et prétendument neutre, n’est que l’expression d’une idéologie. C’est bien ce qui explique que nos experts les plus reconnus se trompent si régulièrement dans cette tentative d’autoréaliser leurs désirs. Et force est de constater que, pour l’essentiel, tous se plantent, car l’avenir n’a que faire de nos vœux, et la parole d’expert, loin d’être prophétique n’est même pas performative. Jouons donc à ce jeu, puisque nous sommes entre amis.

Je ne crois pas, à moyen terme, au déclin des États-Unis. Ils ont pris trop d’avance et la conserveront grâce à cette capacité de matricer l’avenir de la planète ; et la Chine, qui truque ses données économiques, ne les rattrapera pas. Les GAFAs sont toutes américaines et Hollywood est en Californie ; et regardons le budget d’une université américaine lambda… Mais la Chine s’installera durablement dans le rôle du seul opposant crédible au système occidental, et comme le second empire à dimension planétaire. Et puis l’Europe…

Sur notre continent, on voit bien se dessiner trois blocs relativement cohérents et qui formeront, un ensemble de puissances, non pas planétaires, mais régionales, c’est-à-dire de second rang. À l’Est, l’empire euroasiatique Russe, au Centre, l’empire germanique, à l’Ouest et au Sud, un réseau assez étroit de pays latins, formé de grands états qui seront sortis de l’U.E. devenue dès lors allemande : la France, l’Italie, l’Espagne, et de plus petits : la Catalogne, le Portugal, la Wallonie, la Suisse. Et, malgré le tunnel, la grande Bretagne, restera un archipel, et cessera peut-être d’être une grande Bretagne, pour devenir une petite Amérique.

Quant au monde musulman, je ne le vois pas sortir de sitôt de ses guerres de religion, de l’impasse idéologique de la charia, et de l’impéritie de ses gouvernements.

 

Prédire un Frexit est tout aussi risible que la perspective, il y a encore peu, du Brexit, et j’entends tous ceux qui se gaussent, se bidonnent, rigolent, se moquent, et me disent : « Vous n’y pensez pas, et quelle catastrophe ce serait ! » ; un peu comme un ancien premier ministre qui prédisait en cas de victoire de la gauche en 1981, « les chars russes dans les rues de Paris » ; ou comme ces parents en mal d’arguments qui promettent aux enfants turbulents le croque-mitaine.

Pourtant, moi qui aie toujours été un europhile, je ne vois plus comment la France pourra rester dans une Europe si loin de ses valeurs, et je me range à l’avis de Régis Debray qui ne croit pas au projet européen. Pour qu’une Europe politique advienne sur les bases actuelles, il eût fallu qu’elle soit Française, ce que l’Allemagne ne peut culturellement accepter, ou Allemande, ce à quoi la France ne peut consentir qu’en abandonnant tout ce qui a fait ce qu’elle est : son manque de pragmatisme, son esprit de renoncement, son goût pour la dépense, son incapacité à tenir un engagement, son côté latin, romain, qui est l’autre moitié de son cerveau. On ne reviendra pas à l’empire de Charlemagne, dont la capitale était Aachen, aujourd’hui dans le land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. On ne reviendra pas avant le traité de Verdun de 843.

One comment on “Géopolitique sur le zinc

Laisser un commentaire

Nom et mail requis. Votre adresse mail ne sera pas publiée.